Qui n’a pas rêvé d’une déco pas banale pour son casque de scooter ou de moto ?

Les créatifs de l’agence de publicité  » Good « , au Kazakhstan, font une pause récréative et nous offrent un exercice de style pas destiné à la commercialisation, parfois amusant, parfois fascinant, souvent troublant.

Ils laissent courir leur imagination et inventent des concepts enfin innovants dans l’univers de la décoration de casque pour deux-roues : un brin de provocation, de l’originalité, de l’humour, voire du questionnement et du sérieux sous couvert de création graphique.

Avec ce qu’elle qualifie elle-même d’ »expériences génétiques » de design sur des casques de moto et de scooter, l’agence « Good », va au delà de la déco « traditionnelle » et/ou « rigolotte ». Elle pousse la réflexion un peu plus loin et se permet, en passant, dans sa propre interrogation, de flirter avec l’art contemporain : le « casque en diamants » est un clin d’oeil au fameux « crâne en diamants », la célèbre « vanité » moderne de Damien Hirst.

« Good » décline ses prototypes en collections thématiques plus ou moins légères, mais toujours très esthétiques : sport, botanique, sexy, Hitchcock et « Вынос мозга »(traduit approximativement par : « enlèvement de cerveau »).

La série « sport », comme la mappemonde, décline systématiquement de purs effets esthétiques (un peu comme les casques Tornéo recouverts de cuir cousu, comme les ballons auxquels ils font référence).

Le côté « sexy » est détourné avec humour par la dimension et le lieu de représentation (un postérieur ou un sein à la place de la tête du motard).

L’interrogation va plus loin avec les séries suivantes, largement plus fortes que les séries juste esthétiques, avec les représentations de fruits ouverts, de têtes ou de cerveau.

Le propos de l’agence « Good » est déjà très différent dans la série « botanique ». La pastèque et la noix sont ouvertes, et la chair rouge et les circonvolutions sont d’évidentes allusions à l’organique protégé par le casque.

Ces symboles sont plus subtils que le casque « cerveau » qui nous confronte directement à notre propre fragilité. Dans ce dernier cas, le sérieux du propos est gommé par « l’humour noir », et le côté « trash provoc’ de l’image annule de façon grossièrement rigolarde le sérieux du message sous-jacent.

Par contre, dans la série Hitchcock, la représentation SUR le casque de la partie du corps protégée DANS le casque est très intéressante, et bien plus troublante, car elle nous interroge très simplement et très sérieusement, sur la fragilité humaine. Fragilité encore plus criante sur la route. Pas besoin d’effet « trash provoc’ » comme avec le « casque cerveau qui, à mon avis, passe à côté de quelque chose de plus important.

Le « casque diamant », comme un clin d’oeil à l’art contemporain qui reprend le thème classique des vanités artistiques, est, à mon avis, le plus réussi.

Bonne route ! Et soyez prudents !